INFORMATIONS ET CONDUITE A TENIR

EN CAS D’A.E.S. (Accident par exposition au sang)

COLLABORATION CLIN & MEDECINE DU TRAVAIL

AVRIL 2001


 

 

ETAT DES LIEUX 2000

 

NOMBRES D’AES                                105

PIQURES                                 79

PROJECTIONS            13

COUPURES                             8

PLAIES                                               5

 

 

SITUATIONS A RISQUESD’A.E.S.

 

·         Recapuchonnage des aiguilles

·         Containers manquants ou trop pleins

·         Gestes d’actes invasifs sanglants (projections)

·         Négligence :          - aiguilles dans les sacs noirs de déchets ménagers ou sur les lits

  -objets tranchants et piquants dans les solutions prédésinfectantes

·         Inexpérience et manque de formation

·         Fatigue de fin de journée

·         Matériels non pourvus

 

 

MOYENS MIS EN PLACE POUR LA PREVENTION

 

·         FORMATION

·         INFORMATION

·         MATERIELS SPECIFIQUES POURVUS

-          Gants

-          Sarraux et surblouses imperméabilisés

-          Lunettes – masques à visières

-          Containers d’objets souillés adaptés

 

 

 

 

 

INFORMATIONS ET CONDUITE A TENIR

EN CAS D’A.E.S.

 

(Accident par exposition au sang)

 

 

COLLABORATION : CLIN & MEDECINE DU TRAVAIL

 

 

I-                    DEFINITION

 

On appelle A.E.S. tout accident ayant entraîné un contact de la peau (lors d’une coupure ou d’une piqûre), ou d’une muqueuse avec du sang ou un liquide biologique contenant du sang.

 

 

II-                  RISQUES MAJEURS D’A.E.S.

 

- HEPATITE B

- HEPATITE C

- H.I.V.

 

 

Mais aussi :

            ëH.T.L.V.                                              ëTuberculose cutanée

                        ëCryptococcose cutanée                       ëPaludisme

                        ëTrypanosomiase                                  ëVaccine

                        ëDiphtérie                                             ëGonococcie

                        ëSyphilis                                              ëLeptospirose

                        ëBlastomycose                         ëStreptococcie

                        ëStaphylococcie                                   ëLes prions :

                        ëC.M.V. 

 

 

 

 

III-                MESURES IMMEDIATES APRES A.E.S.

 

Tout sang ou liquide biologique doit être considéré comme potentiellement infectant.

 

·         Nettoyer la plaie à l’eau et au savon

·         Après nettoyage de la zone lésée, dédinfecter (DAKIN, JAVEL à 12° dilué au 1/10è, ou ALCOOL à 70°)

·         Si projection sur les muqueuse, rincer abondamment à l’eau ou au sérum physiologique pendant 10 minutes.

·         Evaluer le risque infectieux :

 

 

* L’évolution dépend de la sévérité d l’exposition et de la nature du liquide biologique responsable de l’accident.

 

* La sévérité de l’exposition est liée :

 

                        t à la profondeur de la blessure : plus la blessure est profonde, plus le risque de contamination est augmente.

 

                        t au type de la blessure : les aiguilles creuses contenant beaucoup de sang présentent un risque plus important que les aiguilles à suture.

 

                        t la nature du liquide biologique responsable et le statut sérologique et clinique du patient source. Il est donc nécessaire de s’informer sur :

 

-                                                          le statut sérologique du patient, mais en aucun cas, une prise de sang peut lui être imposée sans son accord préalable.

 

-                                                          L’état clinique du malade source : plus le malade est à un stade évolué sur infection à VIH, plus le risque de contamination est grand.

 

-                                                          Si le statut sérologique est inconnu, se baser sur la clinique.

 

 

IV-                DEMARCHES ADMINISTRATIVES

 

1-       Déclaration au surveillant

 

2-       Déclaration aux Urgences qui :

t Etablissent le CERTIFICAT INITIAL DESCRIPTIF qui doit mentionner la zone anatomique lésée, le type de lésion et se terminer par « RISQUE D’INFECTIONS ET DE SEROCONVERSIONS ».

 

t Soins pendant 6 mois.

 

t Eventuellement donnent le traitement pour 48 heures.

 

3-       Le Service d’Immunologie :

Pour un avis spécialisé afin de savoir s’il y a lieu de poursuivre le traitement pendant 4 semaines.

 

Prendre contact au :                 

·         90 55 60

·         90 55 61

·         90 55 63

·         90 55 66

·         86 31 80 (portable)

 

4-       La Médecine du travail : 90-51-25

 

Pour le suivi sérologique.

 

 

V-                  LE SUIVI SEROLOGIQUE :

 

J 0 à J 7 :

·         Sérologie HIV

·         Sérologie HCV

·         Sérologie HTLV

·         Ac Hbs

·         Ag Hbs

·         Transaminases - ASAT – ALAT

·         Sérothèque

 

J 15 :

·         Transaminases – ASAT – ALAT

·         PCR HCV

·         Sérothèque

 

J 21 :

·         Antigène P24

 

J 30 :

·         Transaminases – ASAT –ALAT

·         PCR HCV

·         Sérothèque

 

J 60 :

·         Transaminases – ASAT – ALAT

·         Sérologie HCV

·         Sérothèque

 

J 90 :

·         Sérologie HIV

 

 

VI-                PROPHYLAXIE :

(NB : Cette prophylaxie type est en cour de réajustement.)

 

SCHEMA THERAPEUTIQUE :

 

1-       H.I.V.

·         Si le malade a une sérologie inconnue, présente un gros risque de séroconversion ou une sérologie positive en rémission :

 

AZT : 2 gélules à 250 mg par jour dont la première gélule le plus tôt possible après la piqûre.

            3 TC ou EPIVIR : 1 gélule à 150 mg matin et soir

            CRIXIVAN : 800 mg 3 fois par jour

 

Le tout jusqu’à la connaissance de la sérologie du malade, ou s’il est séropositif, pendant 4 semaines.

            Lors d’une sérologie inconnue, ou chez un malade à sérologie positive, seuls les médecins du

Service d’Immunologie sont habilités à interrompre ou à raccourcir la durée du traitement.

 

2-       H.C.V.

·         Si à J15 ou à J30, la PCR HCV est positive, un traitement antiviral est instauré pour une période de 4 semaines.

 

Ce traitement est basé sur l’INTERFERON ALPHA (3 fois par semaine).

 

Pour les non répondants au traitement par INTERFERON, des protocoles de traitement par INTERFERON et RIBAVIRINE peuvent être proposés dans certains centres.

 

 

VII-              INFORMATIONS AUX SOIGNANTS :

Effets secondaires – Refus du traitement – Précautions

 

a-       Le soignant doit être informé des incertitudes quant à l’efficacité du traitement, et des effets secondaires, à savoir :

 

·         COMBIVIR :           

-          Nausées, vomissements, anorexie, douleurs abdominales

-          Céphalées – insomies

-          Rash cutané

-          Myalgies

-          Anémie – leucopénie

 

·         EPIVIR :

-          Lithiases urinaires

-          Hépatite

 

·         VIRACEPT :

-          Diarrhées

 

b-       Le soignant a parfaitement le droit de refuser le traitement

 

c-       Le risque de contamination bien que faible, est réel.

 

Pour donner un ordre d’idée :          

·         1/50 au HCV

·         1/200 à 1/500 de risque de se contaminer au HIV

·         et moins d’un chance sur 50 000 000 000 de toucher le gros lot au loto.

 

d- Précautions : Utiliser le préservatif tant que les sérologies ne sont pas connues.