Note d’accueil

A l’intention des familles des patients hospitalisés en Réanimation Polyvalente

Centre Hospitalier Félix Guyon

97405 Saint Denis. Réunion.

 

Dr. Bernard-A. Gaüzère, chef de service

Dr. Marlène Knezynski

Dr. Olivier Martinet

Dr. Anne-Marie Pac-Soo

Dr. Pascal Schlossmacher

Dr. Olivier Drouet

 

Cadre de santé : Mme E. Namtamecou (0262 90 56 93)

Secrétaire : Mme  Taaïra Issop (0262 90 56 90)

 

 

Horaires de visite : 14 à 18 heures

 

En semaine : 14-18 heures, par tranches de 10 minutes, et pour deux personnes séparément. Une hôtesse vous prendra en charge. Vous pouvez demander à rencontrer un médecin.

 

Samedi, dimanche et jours fériés : 14-18 heures, selon la disponibilité du personnel soignant (absence de l’hôtesse). Le médecin de garde sera moins disponible pour vous recevoir.

 

Les visites des enfants sont autorisées. Un médecin ou une infirmière accompagnera l’enfant au chevet de son parent après lui avoir donné des explications et répondu à ses questions.

 

Pour des raisons de confidentialité, aucune nouvelle n’est donnée par téléphone, sauf au médecin traitant.

 

En cas de difficulté, n’hésitez pas à joindre le Cadre de Santé ou le médecin chef de service

 

 

Madame, Monsieur,

 

Votre proche est hospitalisé en Réanimation. L’équipe soignante fait son possible pour que son état s’améliore, toutefois sachez que la médecine ne peut guérir toutes les maladies. Cette note d’accueil a été conçue pour vous, par l’équipe de Réanimation. Elle a pour but de vous aider à comprendre l’environnement dans lequel votre proche est soigné.

 

Un médecin réanimateur et un médecin junior sont présents dans le service 24h/24. Pendant la journée, 3 médecins réanimateurs et 2 médecins juniors sont en charge des patients.

 

·        L’équipe soignante effectue des soins réguliers aux patients et chaque médecin et infirmier(e) a en charge plusieurs malades. Pour ces raisons les horaires de visites sont limités à des moments où les soignants sont disponibles pour vous accueillir.

 

·        La fragilité des patients de Réanimation les expose tout particulièrement aux infections acquises à l’hôpital (infections nosocomiales). Pour cela, il n’est possible qu’à 1 seule personne d’entrer dans la chambre à la fois, après s’être soigneusement désinfecté les mains, en respectant les consignes d’isolement qui vous seront expliquées et sans apporter de fleurs

 

·        Il est très légitime que vous désiriez rester le plus longtemps possible près de votre patient ou de lui rendre visite plus souvent. Ceci n’est que très rarement possible en raison de la multitude des soins prodigués et des impératifs de lutte contre les infections.

 

·        Vous aller rencontrer le médecin responsable des soins de votre proche. Si vous avez besoins d’explications, n’hésitez pas à les lui demander directement ou par rendez-vous : nous savons qu’il peut être difficile de comprendre le vocabulaire utilisé par les médecins.

 

·        Votre médecin traitant peut demander des explications et accéder au dossier médical. Il est important de partager ces informations avec des personnes qui vous aideront à mieux comprendre. N’oubliez pas de faire circuler les informations à toute votre famille. L’accès au dossier médical est également possible directement pour le patient et / ou par la famille (en cas de décès), sous certaines conditions (loi de mars 2002).

 

·        Il n’y a aucune raison valable de cacher la vérité aux familles. Toutefois, les médecins ne sont pas toujours autorisés par la loi et le code de déontologie à divulguer toute la vérité. Certaines de vos questions ne pourront pas obtenir de réponses précises, car l’état du patient est tellement instable qu’il rend toute information précise impossible (dans combien de temps ? Guérira  t’il ? Y aura t-il des séquelles ?…). Notre équipe soignante fera de son mieux pour vous aider à comprendre clairement la situation.

 

·        Si vous le souhaitez, vous et votre patient pourrez bénéficier d’un accompagnement et d’un soutien par la psychologue attachée à mi-temps au service.

 

·        Vous avez la possibilité de demander la présence religieuse de votre choix.

 

 

Assurez vous que nous disposons bien de vos coordonnées au cas où nous devrions vous contacter en urgence, ainsi que de celles du médecin traitant.

 

 

 

En Réanimation, les soins justifient que les patients soient nus, mais leur intimité reste préservée. Même si les patients dorment, vous pouvez les toucher (sauf dans certains cas) et leur parler.

 

Si vous n’êtes pas satisfaits des soins, vous pouvez saisir la Commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge (0262 90 50 02), dans laquelle siègent des représentants des usagers.

Vous pouvez également demander le transfert de votre patient dans un autre service de réanimation (Saint-Benoît, Saint-Pierre).

 

Vous aller trouver votre patient avec beaucoup de fils et de tuyaux. Pour mieux comprendre leur utilité et les explications qui vous sont données, et les décisions qui seront prises, reportez vous au lexique.

 

Lexique

 

 

Cathéter : sonde en matière plastique placée dans une veine qui permet d’apporter des médicaments ou une alimentation artificielle.

 

Dialyse (ou rein artificiel) : technique qui permet de «nettoyer» le sang du patient de l’urée qu’il contient.

 

Infection nosocomiale : infection acquise à l’hôpital. Elle est d’autant plus grave que le patient est fragile.

 

Information : Chaque jour vous pouvez être informé par les soignants et les médecins. N’hésitez pas à prendre rendez-vous auprès de l’hôtesse d’accueil avec les médecins ou avec le chef de service.

 

Intubation : en cas de difficulté à respirer, le médecin place un tuyau dans la trachée (poumons) d’un patient anesthésié afin de le relier à une machine (respirateur).

 

Escarres : plaie parfois profonde résultant de l’alitement prolongé d’un patient fragile.

 

Ethique, droit et médecine

 

« Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment. » (Art. L.1111-4 du code de la santé publique issu de la loi n°2002-303 du 4 mars 2002)

 

« En toutes circonstances, le médecin doit s’efforcer de soulager les souffrances de son malade, l’assister moralement et éviter toute obstination déraisonnable dans les investigations ou la thérapeutique. » (Article 37 du code de déontologie médicale, 1995)

 

« Le prolongement artificiel de l’existence des incurables et des mourants par l’utilisation de moyens médicaux hors de proportion avec l’état du malade fait aujourd’hui peser une menace sur les droits fondamentaux que confère à tout malade incurable et à tout mourant sa dignité d’être humain. » (Conseil de l’Europe. Protection des droits de l’homme et de la dignité des malades incurables et des mourants. Recommandation 1418, 25 juin 1999)

 

Limitation et arrêt des traitements actifs : certaines situations sont sans issue. Nous discuterons avec vous de la décision de l’équipe médicale de ne plus assurer que des soins de confort en fin de vie.

 

Extubation : la sonde d’intubation est retirée quand le patient est réveillé et qu’il peut respirer normalement, tousser et cracher tout seul. Si le patient ne peut respirer seul, il est ré-intubé.

 

Hospitalisation à domicile  (HAD) : sous certaines conditions, l’hospitalisation peut se poursuivre à domicile, avec l’appui d’infirmières spécialisées en HAD et d’appareillages (oxygénateurs, respirateurs, pompes d’alimentation.

 

Personne de confiance : le patient peut désigner par écrit une personne de confiance qui sera habilitée à recevoir toute information le concernant. Cette personne qui peut ne pas appartenir à la famille peut être distincte de celle  « à prévenir » (Loi de Mars 2002). Renseignez-vous auprès du cadre infirmier.

 

Prélèvements d’organes : Parlons-en.

 

Psychologue :en cas de difficulté, un accompagnement peut vous être proposé par Mme F. Ct, psychologue attachée à mi-temps au service.

 

Recherche : dans notre service, des protocoles de recherche sont parfois conduits sur de nouveaux médicaments ou des attitudes de soin. Pour être inclus dans un protocole, votre accord ou celui de la personne de confiance est nécessaire. Vous êtes tout à fait libre de refuser.

 

Respirateur : machine-ordinateur qui remplace le poumon pendant le sommeil du patient et lui apportent de l’oxygène.

 

Scope : ordinateur qui surveille en permanence les paramètres vitaux du patient : oxygène, tension artérielle, rythme cardiaque) et qui alerte les soignants en cas d’anomalie.

 

Sédation : il s’agit d’une anesthésie afin d’empêcher la souffrance et de mieux respirer avec le respirateur.

 

Sonde gastrique : tuyau en plastique placé dans l’estomac pour le vider et / ou l’alimenter avec des solutions spéciales.

 

Trachéotomie : opération qui consiste à placer un tuyau dans la trachée, en passant par le cou, pour faire mieux respirer. La trachéotomie peut être provisoire ou définitive.

 

N’hésitez pas à demander plus d’information aux infirmières et aux médecins.

En fin de séjour, merci de bien vouloir remplir le questionnaire de satisfaction, afin de nous permettre d’évaluer nos pratiques.

 

Docteur B-A Gaüzère

Chef de service

 

 

DATE

VISITEUR

 

DATE

VISITEUR

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DATE

VISITEUR

 

DATE

VISITEUR